Quel type de professionnel de la démocratie participative êtes-vous ? Partie 3 : facilitateur, militant, promoteur ou réformateur ?

Des chercheurs ont catégorisé les professionnels de la participation publique en quatre catégories : promoteur, réformateur, militant, facilitateur. A quelle catégorie appartenez-vous ?

Ce post s’inscrit dans la continuité d’un premier sur la division des professionnels de la participation publique entre ceux qui construisent des communautés et ceux qui visent à impacter les politiques publiques, et d’un second questionnant qui est leur client. (1)

Laurence Bherer, Mario Gauthier et Louis Simard ont réalisé une typologie des professionnels de la participation publique québécois (2). Ils voulaient catégoriser ces professionnels dans un contexte de commercialisation de la participation publique alors que l’une de leurs normes professionnelles est l’impartialité.

Ils ont choisi deux indicateurs : l’aspect politiquement saillant ou non des démarches dans lesquelles les professionnels s’engagent ; et la vision qu’ils ont de la norme d’impartialité dans leur métier. A partir de ces deux indicateurs, ils ont défini quatre figures de professionnels de la participation publique.

1. Le promoteur :

  • Il est partial et se considère comme le client du commanditaire de la participation publique.
  • Son objectif est l’acceptabilité sociale du projet.
  • Il ne se considère pas comme un professionnel de la participation publique et travaille dans une grande firme dans laquelle les activités de participation publique sont secondaires.
  • Il travaille sur des projets politiquement saillants.

2. Le réformateur :

  • L’impartialité est cruciale pour lui, il ne se considère pas comme le client du commanditaire de la participation publique mais plutôt comme un acteur au service du processus participatif.
  • Il estime que tout projet peut être amélioré par la participation, et choisit ses clients afin d’éviter ceux qui lui demanderaient de faire de l’acceptabilité sociale.
  • Il est souvent auto-entrepreneur ou dans une petite entreprise spécialisée sur la participation.
  • Il travaille sur des projets politiquement saillants.

3. Le militant :

  • Il est partial, il choisit et soutient les projets sur lesquels il travaille (à la différence du promoteur, son soutien n’est pas au client mais au projet).
  • Il discute longuement avec le commanditaire pour s’assurer qu’il sera ouvert à des modifications de son projet et que ce dernier est bien en adéquation avec ses valeurs.
  • Il travaille dans des entreprises spécialisées sur la participation publique qui affichent leurs préférences politiques.
  • Il travaille sur des sujets de petite dimension et peu saillants pour le commanditaire ou les citoyens.

4. Le facilitateur :

  • Il se considère impartial.
  • C’est un spécialiste de la facilitation dans le processus de participation (pas de ce qui se passe en amont ou en aval). Il travaille plutôt sur des projets avec des parties prenantes que des citoyens.
  • Il travaille dans des petites entreprises du secteur de l’innovation et de la collaboration (organisationnelle).
  • Il ne travaille pas sur des projets saillants.

Et vous ?

  • Que pensez-vous de l’impartialité dans le domaine de la participation publique ?
  • Dans quelle catégorie de professionnel de la participation publique vous retrouvez-vous ?

NOTES

(1) “ [un professionnel de la participation publique est] défini comme un individu travaillant dans le secteur public ou privé qui est rémunéré pour concevoir, mettre en œuvre et / ou animer des forums participatifs” (Bherer et al., 2017, « Introduction : The Public Participation Professional : An Invisible but Pivotal Actor in Participatory Processes », dans Bherer et al., The professionalization of public participation, Routledge, New York, p. 1‑14, p.1, je traduis)

(2) Bherer L., Gauthier M., Simard L., 2017, « Who’s the client ? The sponsor, citizens or the participatory process ? Tensions in the Quebec (Canada) Public Participation Field », dans Bherer et al., The professionalization of public participation, Routledge, New York, p. 87‑114.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s